Editorial précédent : Interrogations interdites sur l'islam (ou en version pdf).

King et Khan : Crone et Cook ont-ils renié leur travail ?

            Ces derniers mois, les sites (musulmans) de la « Foundation for Science, Technology and Civilisation» tels que www.muslimheritage.com 1 ont mis en cause le travail d’islamologie de Patricia Crone († 2015) et de Mikael Cook et, plus récemment, celui de Dan Gibson sur l’orientation (qibla) des mosquées les plus anciennes.

S’en tenir à la version islamique ?

            Dans ces mises en cause s’est illustré un spécialiste en astronomie « islamique » à la retraite, David A. King, qui a produit un article virulent et véhément contre Dan Gibson sur ledit site. En même temps qu’il critique l’orientation des mosquées anciennes vers la ville nabatéenne de Pétra proposée par Gibson, il s’emporte contre le livre de Crone et Cook qui, en 1977, a contribué à renouveler l’islamologie relativement aux origines mêmes de l’islam – il balaie leur recherche en la qualifiant de « révisionniste » –:

Trois arabisants (Wansbrough et ses étudiants Crone et Cook) ont exprimé leur idée idiote « révisionniste » – quoiqu’ils étaient sérieux – que les origines de l’Islam ne se situent pas à La Mecque mais quelque part dans le N.O. de l’Arabie. Ces deux derniers, dans leur malheureux livre Hagarism 2, « écrit par des infidèles pour des infidèles », ont revendiqué avoir prouvé cela en démontrant que les premières mosquées en Egypte et en Irak s’orientaient plutôt vers le N.O. de l’Arabie que vers La Mecque. J’ai été heureux de montrer personnellement à Cook que la mosquée égyptienne pointait vers le lever du soleil d’hiver et celle d’Irak vers le coucher du soleil d’hiver : on pouvait donc difficilement s’attendre (en termes modernes) à ce qu’elles soient orientées vers La Mecque. […]

En 1991, Crone et Cook ont désavoué leur misérable livre, Crone admettent que « nous étions jeunes et nous ne savions rien ». Mais leur absurdité ludique a causé beaucoup de dommages, et les « révisionnistes » continuent d’œuvrer en méprisant les sources musulmanes primitives (mais moins pour les sources contemporaines chrétiennes)” 3.

            Ces deux paragraphes résument le contenu de cet article agressif qui ne manque pas de contrevérités parfois absurdes : King fait semblant d’ignorer qu’il n’existe pas de sources islamiques primitives (elles sont postérieures de deux siècles aux faits allégués), se cachant derrière une comparaison avec les sources chrétiennes (dont il ne connaît manifestement pas le dossier). Pire : on voudrait savoir d’où il tire que Crone et Cook auraient désavoué leur livre de 1977, alors qu’ils sont continué leurs recherches dans le même sens (voir par exemple Meccan Trade and the Rise of Islam, où Patricia Cook montre l’impossibilité d’un commerce mecquois qui aurait permis de faire vivre la ville…). Il ne donne aucune référence. Mais nous l’avons trouvée pour lui.

Le « fake news » de la rétractation

            En avril 2006, dans un article paru sur le baltimorechronicle, un certain Liaquat Ali Khan, enseignant le droit à la Washburn University School de Topeka (Kansas), dit avoir téléphoné à Michael Cook puis avoir échangé un mail avec lui (mais il ne donne aucune copie d’écran). Selon lui, Cook aurait reconnu que “la thèse centrale de ce livre (Hagarism) était, je le pense aujourd’hui, erronée. Au cours des ans, j’en suis venu à penser peu à peu que l’évidence que nous avions pour fonder la thèse n’était pas suffisante ou assez intrinsèquement consistante” 4. Remarquons que la première phrase évoque une possible erreur tandis que la seconde dit simplement que la perspective ouverte n’était pas entièrement étayée alorsmais elle le fut amplement par la suite, et, de plus, par de nombreux autres chercheurs. La contradiction entre les deux phrases les rend invraisemblables.

            Khan dit avoir parlé ensuite à Patricia Crone et rapporte qu’elle aurait qualifié Hagarism de « graduate essay » puis aurait ajouté : « Nous étions jeunes et nous ne savions rien [???] … Je ne pense pas que la thèse du livre soit valide ». Dans le reste de l’article (équivalent à 2 pages A4), Khan s’en prend aux sionistes qui ont de « sales paroles contre l’Islam et les Musulmans », et d’abord aux racistes qui qualifient les musulmans de « hagarènes », c’est-à-dire, selon une étymologie possible, de « descendants de Hagar ». Selon lui, les racistes Crone et Cook auraient inventé cette qualification (elle est raciste puisque les juifs, eux, disent descendre de Sarah) ; mais Khan ne sait pas qu’on la trouve chez des auteurs grecs de l’époque (`αγαρηνοι) et qu’elle pourrait être autant une transposition au grec de la racine hgr (ou hjr) formant le mot arabe muhâjirun (ceux qui ont fait l’hégire) qu’une allusion à la servante d’Abraham (Hagar, même racine).

            Pour accréditer ses allégations antiracistes, il accuse ensuite les deux auteurs de dissimulation délibérée : “Crone et Cook n’ont fait aucun effort pour répudier leurs découvertes de jeunesse dans le livre ; les auteurs ont admis devant moi qu’ils ne l’avaient pas fait et ne prévoyaient pas de le faire” 5. Ils auraient dit cela à Khan, donc en s’accusant ! Par compassion, nous supposerons que ce musulman véhément n’a compris que ce qu’il avait envie d’entendre – et si les deux auteurs n’avaient aucune intention de renier leur livre, c’est parce que celui-ci a été largement conforté par les études postérieures.

            Les inepties de Khan ont été reprises par les sites apologétiques musulmans, et elles ont été mentionnées parfois à titre de rumeur par certains islamologues occidentaux peu au courant. Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose. 6

Les mosquées désorientées de King

            Revenons à King. Que lui reste-t-il comme arguments pour contrer Gibson ?

            King objecte que “la plupart des mosquées des premiers temps sont orientées avec précision vers Pétra par hasard, car les premières générations de musulmans n'avaient aucun moyen d'établir avec précision la direction de Pétra” 7. Les 19 mosquées que Gibson a trouvé orientées « avec précision » vers Pétra, peuvent-elles l’avoir été « par hasard » ? King prétend que les Arabes ne savaient pas se servir de ce qui tenait lieu alors d’astrolabe. Il est difficile de penser qu’ils étaient incultes à ce point – et ils pouvaient au moins le demander à d’autres.

La réponse que Dan Gibson a donnée à King sur academia.edu parle d’elle-même ; en voici deux extraits marquants :

Le Dr King poursuit en soulignant à partir de ses recherches que : « La qibla des Compagnons du Prophète (qui ont construit la première mosquée en Egypte) » était orientée vers le lever du soleil d’hiver, pas vers Pétra. Ceci est un bon résumé de la différence d’opinions entre moi et le Dr King. Fondamentalement, il s'agit d’une « théorie de l’orientation astronomique contre celle de la qibla vers Petra ». Comme vous le verrez dans les pages suivantes, le Dr King et moi utilisons beaucoup des mêmes sources pour notre recherche, mais nous arrivons à une conclusion différente” 8.

            Revenons à l’objection de King donnée au début de l’article contre Crone et Cook : selon lui, si les premiers musulmans choisirent une qibla tantôt vers l’est, tantôt vers l’ouest dans les deux exemples indiqués, c’est parce qu’ils étaient motivés par des raisons astronomiques – dans d’autres cas, ils auraient choisi le sud ou d’autres directions encore. Bref, les directions sont très diverses selon les lieux, mais elles auraient toujours une raison astronomique (que seul King connaît, l’astronomie arabe était sa spécialité, nous l’avons vu).

            Gibson écrit :

Trouver le plein sud, c’est très facile. Mais pointer vers Pétra, c’est beaucoup plus difficile. Alors, comment ont-ils pu [les premiers musulmans] manquer le sud [dans l’exemple cité par King, il y a une erreur de plusieurs degrés] et se retrouver face à Pétra ? Par exemple, [la mosquée] Khirbit al Mina pointe vers Pétra à 0,8° près mais le Dr. King explique qu’elle était supposée faire face au sud : une fois encore, ils auraient raté leur but mais pointé presque exactement vers Pétra. Quelle coïncidence ! Le Dr. King doit être un télépathe pour savoir ce qu’ils voulaient faire mais n’ont pas réussi à faire !” 9.

            En fait, il semblerait que Khan soit tout aussi télépathe que King, le premier connaissant des propos et le second des intentions qui n’ont jamais été exprimés. Et tous les deux manient abondamment les invectives – à défaut d’arguments.

S’il faut conclure...

            La rétractation de Crone et Cook est une absurdité, en soi et plus encore au regard de toutes les découvertes qui ont été faites depuis 1977 et que King et Khan ne prennent même pas en compte. Leur attitude ne relève plus de la rationalité. On peut la qualifier d’islamodulie, qu’elle soit idéologiquement sincère ou motivée d’une autre manière.

Page d'accueil

___________________

1Si on aime la littérature pseudo-scientifique, on se délectera de cet autre site : www.1001inventions.com.

2Hagarism. The Making of the Islamic Worldconsultable sur ce site.

3Three Arabists (Wansbrough and his students Crone & Cook) at the University of London (SOAS) expressed the daft “revisionist” idea – though they were serious – that the origins of Islam were not in Makka, but somewhere else in N.W. Arabia. The latter two of these, in their unfortunate 1977 book Hagarism, “written by infidels for infidels”, claimed to have proven this by demonstrating that the earliest mosques in Egypt and Iraq indeed faced N.W. Arabia rather than Makka. I was happy to point out to Cook in person that the Egyptian mosque faced winter sunrise and the Iraqi mosques faced winter sunset, so one could hardly expect them actually (in modern terms) to face Makka. …

By 1991 Crone and Cook had retracted their wretched book, Crone admitting that “we were young, and we did not know anything.” But their playful nonsense caused a lot of damage, and the “revisionists” continue to work with disregard for the early Muslim sources (but less for the contemporaneous Christian ones)”.

4The central thesis of that book was, I now think, mistaken. Over the years, I have gradually come to think that the evidence we had to support the thesis was not sufficient or internally consistent enough.”.

5Cook and Crone have made no manifest effort to repudiate their juvenile findings in the book. The authors admitted to me that they had not done it and cater no plans to do so”.

6La citation historique complète est :Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose. Il faut mentir comme le diable, non pas timidement, non pas pour un temps, mais hardiment et toujours(Voltaire, Lettre à Thiriot du 21 octobre 1736).

7Most early mosques face accurately toward Petra is fortuitous because the first generations of Muslims had no means whatsoever for finding the direction of Petra accurately.

8Dr. King then goes on to emphasize from his research that: “the qibla of the Companions of the Prophet (who built the first mosque in Egypt)” was toward winter sunrise, not Petra. This is a good summary of the difference of opinions between myself and Dr. King. Basically it is an “Astronomical Orientation Theory versus the Petra Qibla Theory.” As you will see in the following pages, Dr. King and I use many of the same sources for our research but we each arrive at a different conclusion.”

9Finding due south is very easy. But pointing to Petra is much more difficult. So how could they manage to miss due south, and end up facing Petra? For instance Khirbit al Mina points within 0.8° of Petra, yet Dr. King explains that it was supposed to face south, and they missed, and again, pointed almost exactly towards Petra. What a coincidence! Dr. King must be a mind reader to know what they intended, and failed to do!”

3